Cérémonie d'hommage à Samuel Paty

Cérémonie d'hommage à Samuel Paty

Discours du maire Julien Chambon lors de la cérémonie d'hommage à Samuel Paty

Hommage à Samuel Paty
Texte

"Chers Ovillois, chers Ovilloises,

Comme de nombreux maires de France j’ai souhaité que nous ayons, dans notre ville aussi, un temps d’hommage en la mémoire de Samuel Paty. Je vous remercie de votre présence.  Elle vous honore parce qu’elle démontre le refus de capituler et notre solidarité avec la communauté éducative qui en a si besoin.

Samuel Paty était enseignant au collège du Bois d'Aulne, dans la ville voisine de Conflans-Sainte-Honorine. Il y enseignait l’histoire et la géographie, c'est-à-dire la mise en perspective des idées et des faits qui construisent nos sociétés. Le vendredi 16 octobre, il a été assassiné par un terroriste islamiste avec une sauvagerie et une barbarie qui nous laisse sans mot. Et pourtant il faut les dire. Il faut nommer les choses.

Ce qui a été attaqué à travers Samuel Paty, c’est notre pays. C’est ce qui est à son fondement : la liberté. La liberté de dire, de critiquer, de dénoncer et même, de blasphémer. C’est ce que Samuel Paty a voulu enseigner à ses élèves dans un cours sur la liberté d’expression lors duquel il a montré les caricatures de Mahomet publiées par Charlie Hebdo. La capacité critique contre toute chose, pour peu qu’elle n’insulte personne, est au cœur de la philosophie des lumières. C’est la fierté de notre histoire et c’est le rôle de notre école de permettre à nos enfants d’exercer leur esprit critique. Notre liberté individuelle en dépend. Notre contrat social y trouve ses racines.

L’intégrisme prôné par l’assassin voudrait nous imposer une société de la peur, du contrôle des idées et de la violence. Nous connaissons ce type de régime qui porte un nom : le totalitarisme. Samuel Paty, professeur d’histoire, savait mieux que beaucoup d’autres les conséquences de cela, lui qui enseignait les horreurs du fascisme et du nazisme.

L’enquête déterminera les responsabilités. Elle ne ramènera pas Samuel Paty à sa famille, à son épouse, à son fils de 5 ans, à ses proches, à ses élèves ni à ses collègues. Mais elle doit nous inviter à réfléchir sur le mécanisme terrible qui a conduit à ce drame sans nom et à prendre des décisions forte pour mettre un terme à la diffusion d’une idéologie qui n’a sa place nulle part, et encore moins au pays des lumières.

Je vous propose d’observer une minute de silence en hommage à Samuel Paty et à son engagement pour le savoir et la liberté."